Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 04:52

Une autre histoire datant de la précédente masterclasse.

Tilek Tileukazy Uli vient comme Gulmira de Urumqui, la ville sans plage, et était lui aussi en première année à l'époque. Il était venu au premier cours avec ses travaux persos comme j'avais demandé à chacun de le faire, et j'avais vu pas mal de dessins symboliques, pas très loin de l'adolescence, mais avec une bonne technique de dessin et une maitrise du crayon à papier très école soviétique. Je suis souvent étonné par la somme de travaux techniques qui leur est imposée - je n'en aurais pas supporté autant, mais c'est la raison pour laquelle j'avais quitté les Beaux-Arts de Saint-Etienne qui refusaient de nous apprendre quoi que ce soit, prétextant que nous devions découvrir nous-même notre voie.
Bref, un bon dessin académique pour Tilek et une petite culture BD puisqu'il m'avait apporté quelques mangas chinois et japonais datant des années 70-80 pour savoir s'il pouvait travailler dans ce style.
Contrairement à pas mal d'étudiants, Tilek a trouvé son histoire à la seconde séance et l'a tenue jusqu'au bout. A l'époque je travaillais avec Olga Garifulina une traductrice français-russe, puis Guimourat Bekichev traduisait du russe au kazakh. Il y avait grosso modo le même décalage que lorsque j'appelle ma grande tante et son sonotone au téléphone. Comme plusieurs professeurs assistaient aussi aux cours des binômes se sont formés et Tilek a ainsi souvent travaillé avec Tamara Nikolaevna Mukanova dont vous avez vu quelques dessins animés et a pu bénéficier de ses conseils.
Du coup l'histoire a connu 5 ou 6 storyboards successifs avant la version finale, elle-même redessinée une fois, et plus pour quelques cases, mais on arrive au final à une histoire limpide, bien découpée, rythmée, où le dessin encore maladroit ne pose pas de problème.

Quelques détails :

Planche 1

Case 2 : A gauche la boutique vend des samsas, des pains fourrés frits ou cuits au four. A droite, sur la devanture de l'arrêt de bus, les petits smileys sont une pub pour un Activ un opérateur téléphonique qui envahissait la ville de ce type d'affiches à l'époque.

Case 3 : le type du bus, celui qui encaisse le prix des trajets hurle "Direct par ABAYA", la plus grande avenue est-ouest d'Almaty où toutes les voitures se donnent RDV pour faire des bouchons le soir. Tilek habitait dans une résidence à l'extrémité ouest de la ville, et les Beaux-Arts sont bien entendu à l'extrémité est, d'où la longueur du trajet et la sieste qui s'en suit dans les cases suivantes...
Tilek-2007-01.jpg

Tilek-2007-02.jpg

Tilek-2007-03.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Journoud - dans Dessins - РИСУНКИ
commenter cet article

commentaires

Véronique 30/01/2008 05:40

Cette situation d'actualité, assez typique pour tout le Kazakhstan reflète notres habitudes, la culture. C'est triste mais réel. Les héros, leur humeur sont très bien représentés.

Une petite remarque: il manque du transport dans les rues =)

Nicolas Journoud 02/02/2008 09:42

C'est parceque les voitures c'est plutot compliqué à dessiner, et puis on n'a qu'à dire que ça se passe sur Vinograda :)