Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 12:47
Ce post est exceptionnel, je ne l'aurai sincèrement jamais cru possible jusqu'à ce matin, mais je devais avoir un pressentiment puisque j'avais emporté avec moi mon appareil photo - qui pour l'anecdote était bien sûr presque à cours de batterie et qui ne m'a permis de prendre que quelques clichés, cependant suffisants pour immortaliser l'instant. Je dois reconnaître que par précaution j'avais fait appeler la plupart des étudiants deux jours avant le cours pour leur rappeler d'être présents aujourd'hui.

Voici ce qui s'est passé aux environs de 12h30 :

3-copie-1.jpg
Comme vous pouvez le constater tous les étudiants présents sont en train de travailler...

4-copie-1.jpg

Bon, j'exagère, d'accord, mais ce n'est vraiment pas méchant de ma part, et ils le savent, ne me sortez pas le coup du prof colonialiste. Le cours d'aujourd'hui a été vraiment exceptionnel mais aussi pour d'autres raisons.

1/ Pour la première fois je me suis débrouillé sans traducteur... et  je me suis fait comprendre par tout le monde sans problème (ou alors les étudiants étaient tellement fatigués de m'entendre répéter mes 5 mots de vocabulaires qu'ils ont jugés préférable de travailler sachant que ce spectacle déclenche automatiquement chez moi un sourire ravi et silencieux)

2/ Sana Sabyrgalyeva, qui travaille avec moi depuis le mois de décembre, a présenté aux élèves l'histoire dont je vous ai montré plusieurs extraits dans ce blog. Je vous montrerai la version complète d'ici quelques jours. C'était aussi pour elle la première fois qu'elle intervenait en qualité d'assistante, disons plutôt professeur ou conseiller, pour les plus jeunes élèves et traductrice pour les élèves kazakhs. L'expérience a été concluante : le cours est plus dynamique, et il y a moins de timidité ou de pudeur à montrer son travail à une fille à peine plus âgée que soi qui était étudiante ici-même un an auparavant. Merci à elle, ce n'était pas facile de s'exposer aux jugements et aux questions qui l'attendaient.

3/ Grosse surprise : plusieurs élèves ont apporté des histoires dessinées pendant les vacances sans qu'ils m'en aient parlé, et notamment des élèves que je croyais disparus à tout jamais. Histoires toutes intéressantes mais pour la plupart déjà trop poussées pour ne pouvoir corriger les erreurs sans devoir tout recommencer. La méthode classique pour comprendre qu'un storyboard c'est quand même pas mal.

4/ En parlant de story-boards, ça y est : certains élèves ont eu le petit déclic. Sana avait apporté avec elle toutes les étapes de son boulot : synopsis, croquis et storyboards successifs, encrages et corrections et planches finales sur le PC portable, pour montrer toutes les améliorations portées à l'histoire originale. Malgré ça encore pas mal d'étudiants étaient réticents à reprendre leurs crayonnés - la faute à des storyboards trop léchés qu'il leur coûtait de recommencer. Mais finalement, en prenant leur courage à deux mains, et en se contentant de croquis rapides, certains ont vu leur histoire prendre une tournure qui les a eux-même surpris. La preuve par l'exemple encore une fois. C'est pourquoi j'étais aussi impatient de présenter dès maintenant une histoire finie : pour que chacun puisse voir le résultat auquel il pourrait parvernir en travaillant lors des 7 dernières séances.

5/ A 13h40 les étudiants étaient encore en train de dessiner...

6/ A 13h45 c'est moi qui leur ai dit de partir...

7/ J'ai découvet en feuilletant un magazine une petite BD dessinée par un de mes élèves de l'an dernier. J'aurais été encore plus content s'il m'en avait parlé, mais je suis content de voir que certains tracent déjà leur chemin.

8/ J'ai récupéré quelques unes des histoires dessinées l'an dernier et vous pourrez les voir, et vérifier d'ici quelques semaines les progrès réalisés par leurs auteurs.

Memorable séance du 24 janvier donc, vous en conviendrez...



Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Journoud
commenter cet article

commentaires